* *

  Je crois parce que c'est absurde.   Tertullien

* *
Philosophes
Ressources pédagogiques
+ Sujets de dissertation et textes
+ Textes en langue étrangère
+ Elaboration des cours
+ Exercices philosophiques
+ Auteurs et oeuvres
+ Méthodologie
+ Publications des professeurs de philosophie de l'académie
+ Ressources en ligne
Bases de données
La politique : art ou science ?

    "Les philosophes conçoivent les affections [1] qui se livrent bataille en nous, comme des vices dans lesquels les hommes tombent par leur faute ; c'est pourquoi ils ont accoutumé de les tourner en dérision, de les déplorer, de les réprimander, ou, quand ils veulent paraître plus moraux, de les détester. Ils croient ainsi agir divinement et s'élever au faîte de la sagesse, prodiguant toute sorte de louanges à une nature humaine qui n'existe nulle part, et flétrissant par leurs discours celle qui existe réellement. Ils conçoivent les hommes en effet, non tels qu'ils sont, mais tels qu'eux-mêmes voudraient qu'ils fussent : de là cette conséquence, que la plupart, [...] n'ont jamais eu en politique de vues qui puissent être mises en pratique, la politique, telle qu'ils la conçoivent, devant être tenue pour une chimère, ou comme convenant soit au pays d'Utopie, soit à l'âge d'or, c'est-à-dire à un temps où nulle institution n'était nécessaire. Entre toutes les sciences, donc, qui ont une application, c'est la politique où la théorie passe pour différer le plus de la pratique, et il n'est pas d'hommes qu'on juge moins propres à gouverner l'Etat, que les théoriciens, c'est-à-dire les philosophes."

Spinoza,Traité politique, 1677, chap. 1, §1.


[1] Affections : passions.


    "Les gouvernants voudraient faire admettre la maxime qu'eux seuls sont susceptibles de voir juste en politique, et que par conséquent il n'appartient qu'à eux d'avoir une opinion à ce sujet. Ils ont bien leurs raisons pour parler ainsi, et les gouvernés ont eux aussi les leurs, qui sont précisément les mêmes, pour refuser d'admettre ce principe, qui, effectivement, considéré en lui-même, et sans aucun préjugé, soit de gouvernant, soit de gouverné, est tout à fait absurde. Car, les gouvernants sont, au contraire, par leur position, même en les supposant honnêtes, les plus incapables d'avoir une opinion juste et élevée sur la politique générale ; puisque plus on est enfoncé dans la pratique, moins on doit voir juste sur la théorie. Une condition capitale pour un publiciste [2] qui veut se faire des idées politiques larges, est de s'abstenir rigoureusement de tout emploi ou fonction publique : comment pourrait-il être à la fois acteur et spectateur ? Mais on est tombé, à cet égard, d'un excès dans un autre. En combattant la prétention ridicule du savoir politique exclusif des gouvernants, on a engendré, dans les gouvernés, le préjugé, non moins ridicule, quoique moins dangereux, que tout homme est apte à se former, par le seul instinct, une opinion juste sur le système politique, et chacun a prétendu devoir ériger en législateur. "

Comte, Opuscules de philosophie sociale (1819-1828), Premier opuscule

[2] Publiciste : celui qui écrit sur la vie politique


Date de création : 26/06/2006 @ 16:11
Dernière modification : 27/06/2006 @ 14:14
Catégorie :
Page lue 11 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

Quoi de neuf sur le site ?
Recherche




Formation continue
+ Agrégation interne
Actions interdisciplinaires

Philosophie et SVT
Philosophie et physique-chimie

Philosophie et histoire-géographie

Les TICE en philosophie
Visites

 2704 visiteurs

 1 visiteur en ligne

^ Haut ^